Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr | Prix Pulitzer

Toute la lumière que nous ne pouvons voir. La beauté du titre laissait présager, déjà, de la beauté du roman. La lumière, Marie-Laure, ne peut, hélas, pas la voir. Jeune aveugle, elle vit avec son père à Paris dans une France qui s’apprête à collaborer. Elle n’est pas seule à occuper la narration puisque le lecteur suit un second personnage qui se trouve dans un pays voisin : Werner , un orphelin allemand, génie des transmissions électromagnétiques. Tandis que l’occupation va forcer Marie-Laure à se réfugier à Saint Malo, le Troisième Reich va exploiter les talents de Warner pour briser la résistance. Aussi improbable que ce soit, les deux protagonistes vont se croiser à l’aube de la Libération.

Il y a dans l’écriture d’Anthony Doerr une beauté qui tient à la fois à sa capacité à nous transporter dans le passé, à raconter des heures sombres de notre Histoire mais également à retranscrire les instants de clarté qui ont point durant la guerre. Ce livre est, sans conteste, une lecture à côté de laquelle il ne faut passer. 

« La fille 

En haut d’une maison étroite, au 4, rue Vauborel, cinquième et dernier étage, une jeune aveugle de seize ans, Marie Laure Leblanc, s’agenouille au dessus d’une table entièrement occupée par une maquette. C’est la cité de Saint Malo avec ses centaines de maisons, boutiques et hôtels particuliers comprises dans ses murs. il y a la cathédrâle et sa flèche ajourée, le château fort, les rangées de demeures hérissées de cheminées. Une fine jetée en bois s’arrondit autour de la plage du Môle, une délicate verrière octogonale coiffe la halle aux poissons, des bancs minuscules, certains pas plus gros que des pépins de pomme, parsèment les jardins publics. Du bout des doigts, elle effleure le parapet qui couronne les remparts, dessinant une irrgulière forme en étoile tout autour de la maquette. Voilà l’esplanade en haut des murs où quatre couleuvrines sont pointées vers le ciel. « Bastion de la Hollande », murmure-t-elle et ses doigts descendent quelques marches. « Rue des Cordiers. rue Saint Jacques Cartier. […] Pendant toute la nuit, elle s’est promenée à travers cette maquette, attendant son grand-oncle Etienne qui est sorti la veille tandis qu’elle dormait et au n’est pas rentré. Maintenant il fait nuit de nouveau, l’aiguille a fait le tour du cadran, tout le quartier est calme et elle ne parvient pas à dormir. Elle commence à entendre les bombardiers au moment où ils ne sont plus qu’à cinq kilomètres. un bruit de fond qui augmente. la rumeur dans un coquillage. » 

Banana Bread gourmand au chocolat | vegan & sans matière grasse ajoutée

img_8009img_7998

Et dire qu’il n’y a pas un seul gramme de matière grasse ajoutée dans ce banana bread ! Tu vas pas en revenir quand tu vas t’en couper une tranche. La recette vient du blog de jujube en cuisine. J’ai modifié quelques quantités afin d’alléger encore plus le gâteau. Es-tu prêt à t’empiffrer sans avoir mauvaise conscience ? C’est parti ! Il te faut  : 

  • 3 bananes
  • 50 gr de sucre roux
  • 170 gr de farine de blé
  • 50 g de lait de soja 
  • 1 sachet de levure chimique 
  • 1 c. à soupe de vinaigre de vin 
  • 100 gr de chocolat pâtissier (sans lactose si possible)
  • 20 g de pépites de chocolat (facultatif)

Préchauffer le four à 180°. Écraser les bananes, ajouter le sucre, la farine, le lait végétal, la levure, le vinaigre. Faire fondre le chocolat au micro-onde et ajouter au mélange. Répartir les pépites de chocolat sur le dessus du cake. Faire cuire 40 minutes.

Granola maison : c’est tendance, c’est healthy mais c’est surtout très bon

C’est la tendance healthy du moment : préparer son Granola maison. J’étais un peu sceptique face à cet effet de mode mais  franchement qu’est ce que c’est sympa ! Un ingrédient de base : les flocons d’avoine à partir duquel les recettes sont infinies. J’ai choisi, en ce qui me concerne, de le préparer au chocolat et aux noisettes. Un vrai délice. Pour les grandes étapes, je me suis fiée à la recette de jujube en cuisine. Je te donne des quantités et des composants mais ce qui est cool avec le granola c’est que tu fais comme tu veux. Tu remplaces si tu as envie les noisettes par des noix, le chocolat par des raisins secs, les graines de chia par de la noix de coco. C’est toi qui décides. Préchauffe ton four à 150°. C’est parti ! Il te faut : 

  • 300 de flocons d’avoine
  • 100 g de chocolat 
  • 80 g de noisettes concassées 
  • 1 c à soupe d’huile de coco 
  • 2 c à soupe de sirop d’agave 
  • 2 c à soupe de sirop d’érable 
  • 3 c à soupe de pralin 
  • 2 c à soupe de graines de chia 

Mélanger tous les ingrédients. Déposer sur une plaque de four. Enfourner pendant 20 min à 150° en veillant à remuer le granola à mi cuisson. Laisser refroidir et placer dans une boîte hermétique. 

Brioche pâte à tartiner & pralines roses

img_8411img_8409img_8412

Instant confession dont tu te serais sans doute passé : les pâtes levées, c’est vraiment mon truc. Je trouve que la brioche est la pâtisserie qui offre la part la plus grande à l’originalité. On peut reproduire à chaque fois la même recette de base, les possibilités de garniture, de présentation, de saveurs sont telles que le résultat ne sera jamais identique et c’est ce qui fait indéniablement son charme. Quand Gourmadine, un chocolatier perpignanais au top du top, m’a offert un pot de pâte à tartiner à la praline rose de la marque Les comptoirs de Mathilde que l’on retrouve dans le coin épicerie de son magasin, j’ai immédiatement pensé à la St Valentin puis à une brioche. Comme d’habitude, je la voulais légère pour pouvoir m’empifrer sans regret. Je me suis donc lancée dans la réalisation d’une pâte proche du pain au lait que j’ai garnie de pralines roses entières et de pâte à tartiner. À tes pralines – oui dit comme ça c’est un peu tendancieux. C’est parti ! Il te faut :

Pour la pâte

300 g de lait d’amande
2 sachets de levure boulangère
40 g de sucre { ici complet commerce équitable }
30 g de margarine
560 g de farine bio
1 c à café de sel
40 g de pralines roses

Pour la garniture et la décoration

1 pot de pâte à tartiner aux pralines roses
10 g de pralines roses pour décorer

Chauffer la levure, le sucre, le lait et la margarine à feu doux pendant 5 minutes (Th : 3 min / 37°/ vitesse 1) Dans le bol de votre robot, verser le mélange et ajouter la farine, les pralines concassées et le sel. Pétrir 5 minutes. Placer la pâte dans un grand saladier, recouvrir d’un linge propre et laisser reposer 1 h 30. Préchauffer le four à 180°. Aplatir la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et former un rectangle. Le recouvrir de pâte à tartiner et rouler afin de former un boudin. Couper environ 10 morceaux et les déposer dans un moule à la verticale. À l’aide d’un pinceau, badigeonner un peu de lait sur le sommet de la brioche. Enfourner pour 25 minutes de cuisson.

Où trouver les plus beaux tags de Los Angeles ?

Si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu sais que je suis fan de street art. J’adore photographier les graffitis quand je pars en voyage. Pour tout te dire, je suis même à leur recherche. Quand nous sommes arrivés à Los Angeles, je n’avais qu’une idée : me saisir de mon appareil photo et découvrir les plus beaux tags de la ville. La rue qui concentre le plus de street art est Melrose Avenue. Certains sont facilement visibles mais pour d’autres il faut ouvrir l’œil. Prévoyants, on avait rentré sur le GPS les adresses où se trouvaient les graffitis qu’on ne voulait surtout pas rater. J’te l’dis, la pro de l’organisation c’est bibi. T’es prêt ? On commence la visite. 

  • Colette Miller Wings Project, 7769 Melrose Avenue 

dsc_0576

  • Los Angeles, 7779 Melrose Avenue

dsc_0578

  • Made in L.A, 8025 Melrose Avenue

csc_0601

  • Paul Smith, 8221 Melrose Avenue

dsc_0600

  • Craig’s, 8826 Melrose Avenue

dsc_0603

  • Une petite sélection de tags à voir sur Melrose Avenue
  • Venice, Venice Beach

dsc_0749dsc_0733dsc_0810